PZ - L'Au-delà




L'Invocation
Les Esprits
L'Au-delà

La chronologie
Les cartes
Les dialectes

Les nations
Les factions

Datation et astrologie
Le bestiaire
Vie quotidenne
Galerie des avatars
Les prédéfinis
Les questions courantes
Aide à la création

Poser une question
Retour à l'accueil
L'Au-delà, le royaume des âmes
Cette page ne contient pas de sous-menu
L'Au-delà

« Je prie pour que l'âme de mon frère défunt rejoigne l'Au-delà sans encombre. »


L'Au-delà est depuis toujours source de beaucoup d'interrogations, de questionnements et de curiosité. Peu de mortels peuvent se vanter de l'avoir visité et d'en être revenus vivants ; néanmoins, ils existent. Les individus les mieux renseignés sur le royaume des morts sont généralement les druides à fonction d'exorciste et les individus liés de manière proche ou lointaine à un Esprit comme Mëris ou Ashura : quelqu'un dont l'Invocation descend de ces deux Esprits peut connaître certains secrets, bien qu'il lui soit interdit de les divulguer.

Préambule sur les âmes

Sur Zërya, tout être humain, à sa mort, laisse une âme derrière-lui. Celle-ci est destinée dans la majorité des cas à rejoindre l'Au-delà, monde des morts neutre servant simplement de repos pour les défunts.
Néanmoins, toutes les âmes ne peuvent prétendre à l'Au-delà : celle des maudits, celles qui ont été abîmées (feu bleu, pactes ...), ainsi que celle de ceux trop attachés à leur existence terrestre ne peuvent rejoindre le royaume des morts. Ces âmes sont donc condamnées à errer, certaines allant jusqu'à posséder des objets (cas courant), des animaux (plus rare) ou d'autres humains (rarissime).
Les actes commis durant sa vie n'influent pas sur l'entrée à l'Au-delà : prêtre au cœur droit comme tueur en série sont traités de la même façon.

Les animaux sont traités différemment. Ne possédant pas une âme au même sens que les êtres humains, ils sont, à leur mort, renvoyés à la terre (mammifères), à l'eau (poissons) ou à l'air (oiseaux), voire au feu (dragon) un peu à la manière des particules du Fleuve Astral, dans le but de nourrir Zërya. Certaines bêtes décédées de manière atroce peuvent toutefois refuser ce cycle et à l'instar d'âmes humaines, prendre possessions d'objets et corps vivants.

Une âme peut se présenter de trois façons :
- Sorte de brume d'un bleu blanchâtre, de la taille d'un ballon, de nature très vive. Elle ne peut ni communiquer ni interagir.
- Sorte de brume d'un bleu blanchâtre, plus consistante, prenant l'ancienne apparence de l'âme (humaine ou animale). L'âme peut alors communiquer et influer dans une certaine mesure sur son environnement.
- Par le biais d'un objet ou d'un autre corps. L'âme peut influer à loisir sur son environnement, communiquer, voire utiliser le Fleuve Astral pour en tirer de la magie, dans certains cas.

Les Esprits de l'Au-delà

On trouve deux Esprits en charge de l'Au-delà, se partageant la tâche :

Mëris, Esprit de la Mort, est la créatrice et la maîtresse de l'Au-delà. Gardienne de la porte située sur le Continent, elle est en charge de toutes les âmes des morts sur terre. Lui reviennent de droit les âmes : des morts sur terre, des morts en eau douce (rivière, lac ...), de tout mort ayant pactisé avec elle.
Cas évoqués par les membres : un pendu au dessus de la mer revient à Mëris. Un mort sur une plage revient à Mëris.

Ashura, Esprit de la Terreur, est le second gardien, en charge de la porte située dans les fonds marins. Il s'occupe de l'âme des morts en mers, de façon bien moins impartiale que sa sœur : il ne laisse entrer que ceux qui ne craignent pas la mort, condamnant les autres à devenir des monstres marins à son service. Lui reviennent de droit les âmes : morts en mer (noyés, suicidés, tués ...), des décédés sur un navire en mer (jusque là où un navire peut ancrer, ports compris), de tout mort ayant pactisé avec lui.

Elever et abaisser une âme

Certains Esprits sont capables d'élever une âme (l'anoblir) ou de l'abaisser (la condamner) pour quelque raison que ce soit. A ce jour, seuls les Grands Esprits et Ashura sont capables d'influencer le « rang » d'une âme.

Les Grands Esprits peuvent élever une âme : cela consiste à rendre l'humain (pas forcément défunt) Esprit (rarissime) ou à lui permettre, à sa mort, de rejoindre le Fleuve Astral au lieu de l'Au-delà et de devenir une Invocation vouée à la réincarnation (plus fréquent). Le privilège de voir son âme élevée est accordé aux vivants ayant réalisés de grandes choses, positives, pour Zërya. L’élévation des âmes au rang d'Invocation est sujet à de nombreuses légendes, notamment chez des Kaliks.

A l'inverse, Ashura a le pouvoir d'abaisser une âme : lors d'un décès, alors qu'il demande au défunt s'il craint la mort, en cas de réponse positive, Ashura lui interdit l'Au-delà et abaisse l'âme. Celle-ci se transforme en poisson ou en monstre marin, selon l'âme, condamné à errer et à rester au service de l'Esprit pour l'éternité. Le seul moyen d'échapper à cette sanction étant de pactiser avec Ashura, ce qui n'est pas forcément mieux.

L'Au-delà et ses portes

Comme déjà présenté, deux portes permettent de se rendre dans l'Au-delà. La première, celle du Continent, se trouve dans les Cavernes de Shëln, à Garënor. La seconde se situe dans les profondeurs de l'Entre-Mer, non loin de l'Île-Forteresse.
Si les passages sont différents, la porte en elle même est identique. Il s'agit d'une arche placée au centre d'une pièce vide à la blancheur aveuglante. L'immense porte verrouillée menant à cette pièce ne peut être ouverte que par Mëris, Ashura ou le possesseur d'un artefact. L'arche semble des plus vides bien qu'on puisse y distinguer un voile. Il suffit alors de franchir l'arche pour se retrouver dans le royaume des morts.

Ce dernier est un lieu aléatoire prenant la forme voulue par les défunts qui y errent. Les lieux, quoi qu'ils représentent, sont fantomatiques, brumeux, impalpables. Tout y est très froid et calme. La logique et le temps n'ont aucune emprise sur cet espace en marge de Zërya. On peut y déambuler longtemps sans rencontrer le moindre obstacles.
On trouve quelques lieux clés dans l'Au-delà tels que :
- La pierre d'Alesh, flottant au dessus du sol et accessible par un escalier en colimaçon. A son sommet, il est possible d'invoquer l'âme de son choix et de lui parler.
- Le miroir d'Androse, étrange lac qui communique avec Zërya. Sous sa surface s'agglutinent des âmes à l'aspect repoussant auxquelles l'accès à l'Au-delà a été refusé.
- La Stèle Meÿdrune, monument funéraire gravée d'inscription en Meÿnak, commérant les tous premiers défunts de l'Histoire : les Eöss Meÿdrunes condamnés.

Se promener dans l'Au-delà n'est néanmoins pas simple : si la moitié des âmes ignorent les mortels, comme ailleurs et déconnectée, l'autre moitié les agresse à vue dans l'espoir d'absorber leur vie et de regagner le monde des vivants.
Que des âmes soient visibles ou non, résonne incessamment dans ce lieu ce que les livres nomment « la complainte de l'Au-delà ». Ce chant est celui des âmes, très mélancoliques, qui pleurent leur mort, celles des défunts d'autrefois et celles des défunts à venir.

Aller et revenir de l'Au-delà

Se rendre dans l'Au-delà est presque autant un souci que d'en revenir. Pouvoir passer d'un côté à l'autre est possible uniquement si le mortel obtient la protection de Mëris ou d'Ashura, ce qui est rarissime, ou s'il possède un item enchanté par l'un de ces Esprits.

Passer la porte est le plus simple. Le plus difficile reste de survivre à l'intérieur du royaume des morts pour exécuter sa tâche, et réussir à en revenir sain et sauf. Échapper aux spectres est rude, et rien ne peut assurer une sécurité totale face aux âmes : les items ne les repoussent que sur une très courte période.

Certains se rendent dans l'Au-delà avec la volonté de ramener l'âme d'un défunt avec eux. Ceci es un acte très compliqué, voire impossible : la loi est claire, une âme pour une âme. Pour ramener un mort à la vie, il est nécessaire de voir mourir quelqu'un d'autre. Aussi douce soit Mëris, elle se montre intransigeante sur cette règle.
La plupart des items utilisés pour se rendre dans l'Au-delà ne servent qu'une fois avant de perdre leurs propriétés, mais quelques très rares permettent plusieurs voyages.

Notions d'exorcisme

Les exorcistes ont pour devoir d'accompagner les âmes jusqu'à l'Au-delà à travers des rituels, cérémonies funéraires comme purification d'un lieu ou d'un objet auquel une âme rebelle ce serait attachée.
L'exorcisme entraîne la confrontation avec deux types de feu particuliers :
- Le feu bleu, connu pour consumer l'âme et non le corps, utilisé pour les condamnés à la peine de mort. Rares sont ceux qui maîtrisent le feu bleu. Il ne doit pas être utilisé en exorcisme puisqu'il détruit l'âme au lieu de la guider. Certains individus ayant été confrontés au feu bleu (maîtrise, exécution interrompue, accident ...) peuvent se voir refusé l'accès à l'Au-delà pour âme abîmée.
- Le feu noir, qui est celui de la purification. Une âme libérée de ses tourments brûle de feu noir, témoignant de son accès au royaume des morts. Les exorcistes s'efforcent de provoquer ce feu à travers leurs incantations et cérémonies.

L'exorciste doit apprendre à communiquer avec les défunts par les gestes, la magie et les langues. Certaines âmes sont très réceptives aux dialectes rares comme le Meÿnak et l'Eösok, souvent employés dans les rituels. L'exorciste sait aussi que les âmes sont tenues à distance par certains ingrédients comme le sel, le feu bleu ou encore les cendres.

Les âmes errantes, lorsqu'elles attaquent les vivants, touchent plus souvent à leur âme qu'à leur corps.